Rachid Ouramdane, le nouveau directeur de Chaillot, veut en faire un « théâtre des diversités »

Rachid Ouramdane, codirecteur du Centre chorégraphique national de Grenoble depuis 2016 a été nommé à la tête de l’établissement dédié à la danse.
Article par Rosita Boisseau publié sur le site lemonde.fr, le 21 02 2021

Le nom du nouveau directeur de Chaillot-Théâtre national de la danse est désormais connu. Il s’agit du chorégraphe Rachid Ouramdane, codirecteur (avec le circassien Yoann Bourgeois) du Centre chorégraphique national de Grenoble depuis janvier 2016. Il a été nommé par décret, sur proposition de Roselyne Bachelot, ministre de la culture, par le président de la République Emmanuel Macron pour prendre les rênes de l’institution parisienne, plaque tournante de la création contemporaine, forte de cent ans d’aventures théâtrales et chorégraphiques. « C’est le projet, généreux, fédérateur, ancré dans les enjeux de société, de Rachid Ouramdane, qui nous a paru le plus convaincant à ce moment précis de l’histoire de Chaillot et de notre pays », nous indique l’Elysée. Il succédera donc à Didier Deschamps, directeur depuis 2011, à partir du 5 avril.

« L’hospitalité » au sens large est le maître-mot de Rachid Ouramdane qui a enraciné ses propositions dans la Déclaration universelle des droits de l’homme qui fut adoptée par 58 pays en 1948, à Chaillot. Ce lieu dédié à la danse, qui compte parmi les six théâtres nationaux – dont la Comédie-Française et l’Opéra national de Paris –, dispose de cinq studios et de deux salles. Entouré par une équipe de 125 personnes, Rachid Ouramdane, qui devra gérer en 2022 le chantier de la reconfiguration de la salle Jean-Vilar, avec la construction d’un nouveau studio localisé sous les gradins, entend y défendre une danse multiple et ouverte à tous.

Depuis les débuts du chorégraphe, dans les années 2000, chacune de ses pièces, au nombre d’une trentaine aujourd’hui, décline un art de la rencontre avec l’autre, qu’il s’agisse de jeunes footballeurs amateurs pour Surface de réparation (2007), ou de personnes victimes d’actes de barbarie et de torture dans Des Témoins ordinaires (2009). « Il y a eu à Chaillot le théâtre populaire de Jean Vilar, puis “élitaire pour tous” d’Antoine Vitez, déclare-t-il. Je veux défendre le théâtre des diversités aussi bien dans les esthétiques que dans les publics. Je porterai une grande attention à tout ce qui nous relie les uns aux autres en invitant des chorégraphes initiant aussi des formes d’hospitalité nouvelle. »

Ouverture à tous les niveaux
Neuf artistes associés sont annoncés : Nacera Belaza, François Chaignaud, Aurélie Charon, Fanny de Chaillé, Dorothée Munyaneza, Faustin Linyekula, Gisèle Vienne, mais aussi le collectif de cirque XY avec lequel Rachid Ouramdane a collaboré pour le spectacle Möbius (2019), ainsi que le rappeur Kery James. « Je désire que Chaillot accueille aussi des publics différents de ceux de la danse avec une scène musicale très présente. »