les pays d’Afrique du nord se mobilisent pour lutter contre l’extrémisme religieux

De plus en plus d’initiatives voient le jour en Afrique du nord pour combattre l’extrémisme religieux.

Rédigé par nos partenaires de What The Fake 

Cibles de l’extrémisme violent, théâtres sanglants du terrorisme, les pays d’Afrique du nord multiplient les initiatives pour lutter contre le radicalisme religieux et tenter de prévenir la radicalisation, notamment à travers la formation du personnel religieux. Dans ce contexte, la société civile, mais aussi les autorités publiques, jouent un rôle croissant.

Traumatisée par la « décennie noire », l’Algérie veut promouvoir un islam modéré

L’Algérie, connue pour avoir une réelle et profonde expérience en ce qui concerne la lutte du terrorisme, représente aujourd’hui la preuve qu’il est possible d’effacer la menace terroriste. Dernièrement, Mohamed Aïssa, ministre des affaires religieuses a annoncé la création d’un observatoire national de lutte contre l’extrémisme sectaire. L’objectif premier de cet observatoire est de défendre un « référent religieux national », en luttant contre les dérives religieuses sectaires et l’extrémisme religieux. Cet observatoire servira également de contre propagande et permettra de diffuser le « message véritable de l’Islam » par le biais de publications de savants afin de discréditer les messages extrémistes. L’institution d’état entrera en vigueur courant 2018.

Moins récemment, le gouvernement algérien a organisé un atelier international sur la lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme à Alger. Une initiative qui s’inscrit dans la continuité de la politique algérienne face au terrorisme. Cet atelier a réuni des hauts fonctionnaires, des experts, des représentants des pays membres du Forum global de lutte contre le Terrorisme (GCTF) et du Conseil de Sécurité de l’ONU, ainsi que les pays de la région du Sahel et des organisations internationales et régionales, dont l’ONU, l’Union africaine (UA), l’Union Européenne (UE), Afripol, Europol, la Ligue des Etats arabes et l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI).

On peut également évoquer le concours national mis en place pour l’accès aux instituts de formation des cadres des affaires religieuses. Pour pouvoir accéder à ces formations, les candidats devront répondre à certains critères, dont la maîtrise du référent religieux national.

Le Maroc s’implique pour lutter contre l’extrémisme et mieux former les imams

Rabat suit également la politique algérienne en termes de prévention et de lutte face à la radicalisation et au terrorisme. Mohamed VI a placé en tête de ses priorités la lutte contre le terrorisme et la radicalisation religieuse. Les services de sécurité marocains sont reconnus pour avoir démantelé de nombreuses cellules terroristes.

En partenariat avec les Pays-Bas, le Maroc a été reconduit à la présidence du Forum Mondial de Lutte contre le Terrorisme (GCTF) pour un mandat supplémentaire, et ce, jusqu’en 2020. Le GCTF est une plate-forme apolitique qui consiste en l’identification des besoins nécessaires à la lutte contre le terrorisme et en l’amélioration de la coopération mondiale face à ce problème international.