Paris : les femmes sans-abri accueillies aux bains-douches du XIIe arrondissement

12 % des sans-abri comptabilisés à Paris sont des femmes. Un lieu d’hygiène et de soins, qui leur est réservé, vient d’ouvrir dans les bains-douches de la rue de Charenton.

article de Benoît Hasse publié sur le site du parisien.fr, le 20 03 2019

Difficile pour les femmes en situation de rue de pousser la porte d’un lieu à vocation sociale. « Elles ont tendance à se cacher, à avoir des stratégies d’évitement… », expliquent les travailleurs sociaux qui précisent que c’est encore plus difficile lorsqu’il s’agit de lieu mixte. Ce constat — et les résultats de la « nuit de la solidarité » qui montrent que 12 % des sans-abri recensés dans Paris sont des femmes — a conduit la mairie à ouvrir le premier lieu d’hygiène et de soin dédié aux femmes en situation d’extrême précarité.

Une ouverture dès ce jeudi

Aménagé dans les bains-douches du XIIe arrondissement (au 188, rue de Charenton), le nouveau site qui sera géré par le Samu social a été inauguré ce mercredi par Anne Hidalgo (PS), et devrait accueillir ses premières « utilisatrices » dès ce jeudi. Les bains-douches — ouverts de façon inconditionnelle et gratuite à tous les publics — continueront à fonctionner à leurs horaires habituels (du mardi au dimanche, de 7 h 30 à 12 h 30). Mais ensuite, le lieu rouvrira l’après-midi (de 14 heures à 21 heures) exclusivement pour les femmes en situation d’errance.

Des équipements d’hygiène

« Elles pourront y bénéficier des équipements d’hygiène (une quarantaine de douches) bien sûr. Mais aussi d’autres services », explique Lorena Kelly, directrice du site pour le Samu social. « Il y aura une salle de consultation avec une infirmière présente en permanence et une salle de convivialité, où elles pourront prendre un café, se poser un peu… dans un cadre convivial et sécurisant », poursuit-elle en précisant que des associations telles que ADSF (Association pour le développement de la santé des femmes) ou le barreau-solidaire devraient prochainement intégrer le dispositif.

Des aides du secteur privé

Le fonctionnement du nouveau lieu dédié, ouvert par la Ville, sera partiellement financé par des partenaires privés : la fondation BNP Paribas, Engie et LVMH. Le groupe de luxe (également propriétaire du Parisien) devrait également aider au fonctionnement du centre de soin pour femmes sans-abri grâce à des « dotations massives » de produits d’hygiène, de soins corporels ou de maquillage.

« L’ouverture de ce nouvel équipement social ne réduira absolument pas les capacités d’accueil des bains-douches tout public », conclut Wassin Abdelhak, directeur de l’établissement municipal. Et c’est tant mieux. Les 17 bains-douches de Paris, dont la fréquentation ne cesse de croître, totalisent près d’un million d’utilisations par an. « Rue de Charenton, on est entre 5 500 et 7 500 douches par mois. Il y a parfois des files d’attentes. »