«Le nombre de femmes saoudiennes qui ne portent pas de voile augmente à vue d’œil»

La société saoudienne se modernise doucement et les femmes saoudiennes sont en première ligne, analyse Arnaud Lacheret. Selon l’enseignant-chercheur, le musèlement total de la police religieuse a été déterminant dans cette évolution.

article et entretien par Paul Sugy sur le site lefigaro.fr le 21 11 2020

Docteur en science politique, Arnaud Lacheret est enseignant-chercheur et a été chef de cabinet auprès du maire de Rillieux-la-Pape de 2014 à 2017. Il a publié Les territoires gagnés de la République? (éd. Bord de l’eau, 2019). Il publie La femme est l’avenir du Golfe: ce que la modernité arabe dit de nous (éd. Bord de l’eau).

FIGAROVOX.- Vous êtes directeur d’une école de commerce dans le Golfe Arabe, et vous publiez un essai sur le rôle que jouent les femmes dans la modernité arabe. Comment, dans l’analyse que vous faites, avez-vous su vous départir de votre regard d’expatrié pour regarder ces sociétés de l’intérieur?

Arnaud LACHERET.- Mon livre n’est pas un «essai». C’est une étude scientifique avec une méthodologie détaillée, ce qui m’a aussi permis de prendre la distance nécessaire. J’y tiens, parce que justement, c’est ce qui permet d’éviter les poncifs et les lieux communs. Je n’étais pas exactement pas dans la situation traditionnelle de l’expatrié. À l’Université, mes seuls liens professionnels avec l’occident sont avec notre partenaire, l’Essec. Sinon, je suis le seul occidental à diriger un département dont tous les étudiants sont des nationaux du Golfe. J’ai donc pu éviter le défaut classique: se regrouper entre occidentaux.

Ensuite, quand je dis «les femmes», je parle de celles de la classe moyenne. Le fait de diriger un programme de formation continue m’a permis de rencontrer des managers expérimentés venant se former pendant 18 mois en poursuivant leur activité. Les femmes que j’ai interrogées sont issues de ce vivier: elles veulent donner un boost à leur carrière avec un diplôme de l’ESSEC.Le changement des mentalités passe par la classe moyenne plus que par l’élite
Elles le font parce qu’elles ont besoin de travailler pour subvenir à leurs besoins et parce qu’elles n’ont pas les moyens de partir en Europe ou aux États-Unis: on est typiquement dans la classe moyenne et je pars du principe, qui est démontré en sociologie, que le changement des mentalités passe par la classe moyenne plus que par l’élite.

L’autre élément essentiel du succès de ma recherche est que je dois remplir mon école et aller «sur le terrain». Pour cela, il faut comprendre les gens que l’on essaie de convaincre, comment ils réfléchissent et comment ils conçoivent une étape importante de leur carrière. Des liens se sont créés et des portes se sont ouvertes. Le sociologue que je suis a fait le reste car avoir des liens de confiance avec un tel public, c’est une occasion unique.