Indonésie: nouvel attentat suicide commis par une autre famille

Aman Abdurrahman, leader spirituel de JAD en prison depuis des années pour des attaques terroristes, devait être libéré en août dernier, avant d’être maintenu en détention pour son implication présumée dans les attaques à Jakarta en 2016.

– Planification plus sophistiquée –

Dimanche soir, quelques heures après les attentats suicides contre des églises, trois personnes appartenant à une même famille ont été tuées et deux autres blessées dans l’explosion d’une bombe dans un immeuble d’habitation à une trentaine de kilomètres de Surabaya, a indiqué la police.

La mère et un enfant ont péri dans l’explosion tandis que le père, qui tenait le détonateur, a été abattu par les policiers, selon la police. Les deux blessés sont deux enfants qui ont été hospitalisés.

Le père impliqué dans les attaques contre les églises, Dita Oepriyanto, était un ami de l’homme tué dans l’appartement.

“Le père était un ami proche de Dita. Lors d’une perquisition dans l’appartement, nous avons découvert une bombe artisanale similaire à celles trouvées près des églises”, a déclaré M. Karnavian.

La coordination des attaques dimanche et lundi fait ressortir une planification plus sophistiquée que par le passé, observent des analystes.

“Il y sans doute un accroissement des compétences techniques”, a déclaré à l’AFP Zachary Abuze, expert en sécurité de l’Asie du Sud-Est.

“Perpétrer trois attaques quasi simultanément est une marque de fabrique d’un groupe qui planifie”, a-t-il ajouté.

Selon les autorités indonésiennes, des membres de la famille qui a commis les attaques contre les églises seraient récemment revenus de Syrie, où des centaines d’Indonésiens se sont rendus ces dernières années pour combattre dans les rangs de l’EI.