Le gouvernement veut plus de diversité dans les administrations

Plus diverse, la fonction publique “sera plus forte face aux critiques”, veut croire Olivier Rousselle, auteur du rapport sur “les écoles de service public et la diversité”, remis jeudi 16 février 2017 au gouvernement. Un argument imparable qui a permis à certaines des préconisations du rapport d’être retenues de l’exécutif : l’adoption d’une charte du recrutement dans la fonction publique, la mise en œuvre rapide de plans d’actions dans les écoles, une nouvelle campagne de “testing” par Yannick L’Horty sur les discriminations.

« L’administration n’est pas entièrement responsable du manque de diversité de son recrutement, mais elle ne peut en être dédouanée », selon Olivier Rousselle. Le conseiller d’Etat est l’auteur du rapport intitulé « les écoles de service public [ESP] et la diversité » remis au Premier ministre et à la ministre de la Fonction publique à Strasbourg, jeudi 16 février 2017. Il y fait remarquer que plusieurs études montrent que certaines catégories sociales sont sous-représentées dans la fonction publique, tels que les descendants d’immigrés. Ces derniers ont 8% de chances en moins d’exercer un emploi dans la fonction publique que d’être salariés du privé.

Le rapport s’intéresse donc aux 75 établissements « incluant une proportion importante d’écoles d’ingénieurs qui forment des élèves non-fonctionnaires au sein desquels sont recrutés des agents de la fonction publique, et des écoles qui forment des agents de catégorie B ou C ; un périmètre plus restreint est constitué des 39 écoles adhérentes au réseau des écoles de service public (RESP) ». »Ces écoles forment le cœur du réacteur du recrutement et de la formation initiale des trois fonctions publiques. »

CHIFFRES-CLÉS

  • 44% des fonctionnaires ont un diplôme supérieur au baccalauréat, contre 29% des salariés du secteur privé.

  • les enfants de fonctionnaires représentent 27% des agents de la fonction publique, contre 18% des salariés du privé

  • les élèves dont le père est CSP+ représentent 57% des lauréats de l’Institut national d’études territoriales

Lutter contre le « fonctionnaire bashing »

« Si la fonction publique hérite d’inégalités existant par ailleurs, elle les accentue parfois, et ne peut donc se dédouaner de sa responsabilité à cet égard », écrit-il, ajoutant que « du côté des ESP et des administrations […] la prise de conscience est variable, entre des écoles fortement mobilisées, et d’autres qui ont manifesté un sentiment d’impuissance voire de scepticisme sur ces questions ».

Agir à ce niveau permettrait donc, d’après Olivier Rousselle, de rendre la fonction publique « plus forte face aux critiques » et « revaloriser » les agents aux yeux de la société française.

Mesurer la diversité

« Trop peu nombreuses sont les écoles ou les administrations qui disposent même d’un diagnostic quantifié de la diversité en leur sein », constate Olivier Rousselle. Pourtant, il est « indispensable » que les établissements puissent recueillir et traiter des données de contexte (environnement socio-professionnel, origine géographique, parcours universitaire etc.) permettant une connaissance effective de leur population et de leurs candidats.