Au Canada, des déménageurs solidaires se mobilisent pour les femmes victimes de violences

Une association de déménageurs solidaires aide les femmes victimes de violence à évacuer leur domicile en un temps record au Canada.

article et entretien par Emmanuel Moreau pour l’émission “l’esprit d’initiative” publiés sur le site franceinter.fr, le 25 08 2020

A écouter ci-dessous ou à lire plus bas

Shelter Movers, ou Transit Secours dans sa version francophone, est un service gratuit. Il permet d’installer les victimes, leurs enfants et leurs affaires en lieu sûr en cas de violences conjugales.

Une solution pour impliquer les hommes
L’association a été créée à Toronto en 2016 par Marc Hull-Jacquin. Il était en congé paternité quand il a découvert l’ampleur du problème des violences conjugales et a cherché un moyen d’inciter les hommes à faire partie de la solution. Il a alors eu l’idée de créer Shelter Movers.

Intervention en moins de 4 heures
Les déménageurs solidaires arrivent au domicile de la victime dans les 4 heures après l’alerte, de préférence au moment où le conjoint n’est pas dans les parages. Dans tous les cas, les bénévoles de l’association sont accompagnés d’un agent de sécurité, également bénévole, et parfois de la police, dans les cas les plus risqués.

Mise à l’abri de la famille et des affaires
Les déménageurs chargent toutes les affaires de la victime dans un camion puis les acheminent dans un entrepôt mis à disposition gratuitement par de grandes entreprises de stockage. Pendant ce temps, la victime est placée dans un lieu sécurisé. Les affaires sont entreposées jusqu’à ce que la bénéficiaire trouve un nouveau logement durable.

Le courage de quitter le domicile
L’association avec ses bénévoles entre en action sur demande des services sociaux, d’associations de protection des femmes, et de la police. Ils interviennent à un moment critique où les femmes ont le courage de quitter leur domicile, En effet, le risque de féminicide est plus élevé lorsque la victime tente de quitter son compagnon.

Un service qui se développe.
Des centaines de femmes ont déjà été évacuées ainsi. L’association repose sur des dons pour fonctionner, sachant qu’une évacuation lui coûte en moyenne 200 dollars canadiens, soit environ 130 euros. Ce service est aujourd’hui disponible dans les villes de Toronto, Ottawa, Vancouver et Halifax et il le sera bientôt à Montréal. Mais Marc voudrait l’étendre rapidement à tout le pays car il s’agit à ce jour du seul service de ce type au Canada.

Emma Stokking, de l’agence Sparknews au micro d’Emmanuel Moreau