Après un voyage de trois ans avec sa grand-mère, elle veut alerter sur l’isolement des seniors

En 2018, Fiona Lauriol a emmené sa grand-mère, Dominique, en voyage en camping-car pendant presque trois ans. Elle en a tiré un livre,« 101 ans, mémé part en vadrouille », écrit en Charente. Et part désormais sur les routes avec ses parents pour sensibiliser à l’isolement des seniors.

On l’avait adoptée quand elle était venue écrire son livre à Saint-Quentin-sur-Charente, pendant le troisième confinement. Fiona Lauriol, 40 ans, sera sans doute de retour en Charente pour porter la voix des personnes âgées isolées, esseulées, déconsidérées. Ce que la jeune femme appelle « la mort sociale ». Celle que sa grand-mère a failli connaître avant que sa petite-fille, lassée de la voir dépérir dans une maison de retraite, l’emmène en voyage en camping-car, à 101 ans, pendant quasiment trois ans.

lire aussi : « Sans personnel, on ne pourra pas s’occuper de tous nos aînés ». Le SOS de l’Aide à Domicile en Milieu Rural »

Ce périple en Espagne et Portugal a donné lieu à un livre émouvant « 101 ans, mémé part en vadrouille ». Mémé, Dominique de son prénom, est décédée en juin 2021. Aujourd’hui, Fiona Lauriol, Vendéenne, se lance dans une nouvelle aventure avec ses parents. « On part à travers la France pendant un an pour alerter sur le mal-être des seniors isolés à travers des conférences et des débats. »

Conférence à Paris avec Sylvain Tesson chez Les petits frères des pauvres, passage sur Europe 1, bientôt à La Rochelle et Angoulême en août si tout se passe bien, le programme est bien rempli. « Beaucoup de personnes âgées m’ont contactée pour me dire ‘Après 70 ou 80 ans, on ne se sent plus considéré, c’est aussi ça la mort sociale’. Je pense à Fatima, malvoyante, qui a appelé dix associations pour avoir de l’aide. Toutes se renvoient la balle alors qu’elle voudrait juste qu’on l’aide à ouvrir une page Facebook. À cette grand-mère de 90 ans que ses petites-filles empêchent de voyager, pour la protéger, alors qu’elle en rêve », relate Fiona Lauriol.

« La première solution à l’isolement des seniors, estime le papa, Thierry Lauriolce serait de créer une porte d’entrée unique pour toutes les demandes mais on espère surtout que notre démarche incitera les acteurs sociaux à prendre la mesure de l’enjeu ainsi que la société civile et les élus pour trouver ensemble des solutions. » « Sans distinction de parti ou de religion. Juste pour qu’on n’arrête d’entendre que les perspectives de ces seniors, c’est des murs blancs », ajoute Fiona Lauriol.