Accusée de censure, Arte accepte de diffuser un documentaire sur l’antisémitisme

« Cette décision crée une situation nouvelle : les téléspectateurs allemands ayant accès à cette émission dès mercredi, il convient de faire en sorte qu’il en soit de même pour les Français. C’est pourquoi Arte reprendra sur son antenne le signal de l’ARD et, ainsi, diffusera dans les mêmes conditions en France et en Allemagne le documentaire suivi du débat », a expliqué Arte dans un communiqué publié mardi.

Interrogé par Le Monde, Alain Le Diberder avait estimé que le film était un « brûlot ». Pour autant, il assurait que là n’était pas la raison du rejet du documentaire. « Nous n’avons jamais eu peur de diffuser des films à thèse, se défendait-il. Nous avons retransmis des documentaires sur les problèmes d’intégration des musulmans en France, sur l’islam et Jésus, ainsi que sur les juifs et les musulmans. »

Après avoir assuré qu’elle ne diffuserait pas ce film sous la pression publique, la direction de la chaîne franco-allemande, qui fêtait le 30 mai ses vingt-cinq ans d’existence, a donc préféré éteindre la polémique.

Toujours est-il que la controverse reste vive. Dominique Vidal, rédacteur en chef adjoint du Monde diplomatique et Charles Enderlin, journaliste reporter à France 2 et spécialiste de l’Israël, s’indignent sur Facebook de la diffusion d’un documentaire qu’ils jugent “diffamatoire” et de nature propagandiste :
DE LA PURE PROPAGANDE

Il est beaucoup question d’un “documentaire” sur l’antisémitisme qu’Arte aurait commandé et ne diffuserait pas. Le président du CRIF, Francis Kalifat, qui n’en rate pas une, en a même déjà parlé avec le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb. Via l’Allemagne, où il a été brièvement mis en ligne, j’ai regardé attentivement cette “enquête”. Voici le message que j’ai envoyé à ce sujet à la directrice de la communication de la chaîne:

Chère Madame,

J’entends parler depuis plusieurs semaines d’un documentaire qu’Arte aurait commandé et ne diffuserait pas.

Un confrère allemand m’a fait parvenir le lien de cette “enquête”, que j’ai regardée attentivement.

Et je tiens à vous féliciter de ne pas la diffuser.

Il ne s’agit pas, en effet, d’un travail sérieux, mais d’un morceau de pure propagande.

La plupart des arguments utilisés sont mensongers, et les témoignages biaisés.

Historien de ce conflit, auquel j’ai consacré nombre de livres, je peux vous dire que la vision des auteurs est grotesque: les Palestiniens seraient tous des héritiers du Grand Mufti de Jérusalem, allié du IIIe Reich. La preuve: Arafat a assisté à ses obsèques – et pour cause, c’était son grand-oncle…