Yacine Aït Kaci: il a crée Elyx la mascotte de l’ONU

Né à Paris en 1973, il a vécu une grande partie de son enfance à Alger. Au Lycée français où il est élève, il rêve de devenir dessinateur comme son oncle qui croquait l’actualité dans la presse. Dans les années 90, Yacine Aït Kaci intégre les Arts déco de Paris alors que le numérique est en train d’émerger. Encore étudiant, il remporte un concours qui lui donne l’occasion de créer Ixel, la mascotte de XL, un magazine pour ados. Une fois diplômé, il devient auteur, réalisateur et artiste plurimédia.

article de Jean-Pierre Montanay, publié sur le site de l’express.fr le 

Frappé en 2011 par la crise de la quarantaine, Yak se recentre et revient à l’essentiel : le dessin. C’est alors qu’il crée Elyx, un petit bonhomme aux traits épurés, à l’oeil rieur et le sourire au lèvres. L’artiste le fait dialoguer avec le paysage en le prenant en photo dans diverses positions et situations, histoire de regarder le monde autrement. Elyx n’a pas de genre, ni de culture, ni de langue. Son créateur n’imaginait pas à l’époque que son petit bonhomme deviendrait 4 ans plus tard une star internationale.

En 2015, voici le personnage consacré premier ambassadeur virtuel des Nations Unies et mascotte de la COP21. Il est universel, bienveillant avec son regard d’enfant, prête à la fois à sourire et à réfléchir. Ce petit messager est désormais partout, sur les documents de l’ONU, la déclaration universelle des droits de l’Homme, au Louvre, à la mairie de Paris… Chaque jour Yacine Aït Kaci lui invente de nouvelles aventures. Avec Elyx,il est parti dans 15 villes de 12 pays différents, avant d’entamer un véritable tour du monde pour les Nations Unies.

 lien complémentaire :  Yacine Ait Kaci sur la Toile – Elyx, le conspirateur positif