Vivre dans un quartier riche ou pauvre : qu’est-ce que cela signifie ?

Mieux vaut vivre dans un quartier riche et ayant une bonne réputation que dans une « cité » délaissée ! Dans l’Hexagone, toutes les villes n’apportent pas les mêmes chances et les mêmes services à leurs habitants. Explications…

Cercle vicieux

Un quartier difficile cumule les handicaps : pourcentage important de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, chômage, qualifications moins élevées, taux plus fort d’échec scolaire…

Si on regarde les revenus en France, on s’aperçoit qu’il existe de grands écarts entre les communes : à Clichy-sous-Bois, ville ayant le niveau de vie le plus faible, on gagne 5 fois moins d’argent qu’à Neuilly-sur-Seine, où le niveau de vie est le plus élevé de France*.

En parallèle, dans les villes et les quartiers en difficulté, l’offre de services publics est bien souvent moins riche ou de moins bonne qualité : écoles, hôpitaux, transports, logements, culture… Cela réduit davantage l’attractivité de ces quartiers et renforce la précarité de ses habitants.

Une ville contre-attaque

La Courneuve, commune d’Île-de-France où le taux de pauvreté est parmi les plus élevés en France, a soulevé en 2009 le problème de discrimination territoriale dont elle est victime. Pari gagné : cette initiative a permis l’ajout d’un nouveau critère parmi les 22 que compte la loi de lutte contre les discriminations. Désormais, il est interdit de favoriser ou de défavoriser des personnes en fonction de leur lieu de vie, tout comme c’est le cas pour l’âge, le sexe, la religion… Ce critère est également inscrit dans le Code du travail. Un premier pas vers la réduction des discriminations territoriales.

Et maintenant ?

Les inégalités entre les territoires existent toujours et ont même tendance à s’accroître. Néanmoins, tout habitant qui estime que son lieu de vie l’empêche de trouver un emploi ou a des répercussions négatives sur la scolarité de ses enfants peut saisir le Défenseur des droits (http://www.defenseurdesdroits.fr/). Ainsi, un collectif de parents de Saint-Denis appelé « le Ministère des bonnets d’âne » a fait appel au Défenseur pour dénoncer le manque de professeurs dans leur ville. Il reste que cette solution repose sur la volonté de chacun de se défendre. Et pour prouver qu’il y a bien discrimination, la route est parfois longue !

* Vous pouvez tester le niveau d’inégalités de revenus entre les 10 % les plus riches et les 10 % les plus pauvres dans votre ville grâce à cet outil développé par Compas (http://www.comparateur-territoires.fr/niveaux-vie/). Il se base sur des données de l’Insee 2013.
La gazette.fr a réalisé une carte montrant les inégalités de revenus avec Compas et l’Observatoire des inégalités. Elle est disponible ici : http://www.lagazettedescommunes.com/450238/pauvrete-et-inegalites-etat-des-lieux-dans-les-villes-de-plus-de-20-000-habitants/

© Éditions Spéciales Play Bac