Un clip musical (financé par l’UE) peut-il dissuader les jeunes Guinéens de migrer ?

Pour beaucoup, la migration est considérée comme une stratégie normale pour trouver du travail, “que ce soit la migration interne vers d’autres endroits dans le pays, la migration vers des pays voisins – la forme la plus fréquente de migration, surtout en Afrique de l’Ouest – ou aller encore plus loin”, explique Kleist.

Ainsi, l’Europe n’est pas toujours la destination des migrants. Kleist écrit :

Souvent ces déplacements n’ont pas un endroit particulier pour destination finale. On peut arriver à mi-chemin et y rester quelque temps pour travailler et mettre un peu d’argent de côté. Puis on continue pour rester peut-être quelque temps à un autre endroit. Ou on peut se faire expulser du pays où on est arrivé. C’est plus un mouvement d’avancées et de reculs que les lignes évidentes vers l’Europe qu’on nous décrit souvent.

Sans emplois ou possibilités de revenus dans leurs communautés locales, partir en quête de meilleures perspectives est considéré comme la décision la plus responsable. Et surtout pour une personne jeune, le choix de partir est aussi celui de la dignité. “C’est l’espoir de pouvoir faire ce que fait l’adulte responsable : prendre en charge sa famille et soi-même. On attend souvent des jeunes qu’ils soutiennent leurs parents et d’autres membres de la famille”, dit Kleist.

Richter approuve : “Il s’agit d’améliorer la situation à la maison. Dans la jeunesse au Mali il y a un discours de faire quelque chose pour son pays. Il y a un doute fondamental que le système politique agisse pour la jeunesse”.

Pour faire ce qui est attendu d’eux et assumer les responsabilités de l’âge adulte, les jeunes cherchent l’espoir hors de leur pays. Tant que les situations de leurs pays ne changeront pas, les jeunes continueront à aller vers l’ailleurs, vers les “tounka”.

“Ça va aller” – qui le dit ?

Dans “Falé,” les jeunes Guinéens sont encouragés à rester au pays avec le message : “Ça va aller”. Mais à la lumière de ce qu’on vient d’exposer, qui peut garantir que la situation actuelle va s’améliorer ?

La vidéo, comme beaucoup d’autres campagnes de l’UE, se concentre exclusivement sur les dangers associés à la migration et reste vague sur les opportunités offertes aux jeunes chez eux. Le constat de Kleist : “Si on voulait insister sur le message qu’il faut rester au pays, il fallait montrer quelques-unes des opportunités trouvées sur place”.