Qui sommes-nous ?

La fraternité du XXIème siècle, nous l’avons choisi plurielle. Nous avons mis un « s » à France Fraternités, parce qu’il va nous falloir agir sur plusieurs fronts, avec des acteurs venus de tout horizon : notre chemin républicain se détruit à grande vitesse, il est donc urgent d’agir. Ensemble.

Entre fracture et populisme, en France comme en Europe, l’air qui souffle sent mauvais. L’extrême droite attise les braises d’une fachosphère qui souhaite tout incendier : le comble est qu’elle brandit sa pompe à eau et se pose en pompier. La noyade nous pend au nez, Marianne engloutie en premier. L’histoire, on la connait.

En créant France Fraternités, nous avons décidé de dire stop. Arrêtons de suffoquer.

Nous voulons poser les bases d’une véritable fraternitosphère, un courant bienveillant, mais un courant de combat. Un combat contre l’abandon de certains de nos compatriotes, un combat contre le complotisme et le révisionnisme essaimés dans le cerveau de notre jeunesse. Un combat pour l’éducation et pour la transmission des valeurs.

Nous voulons être un réseau d’éducateurs, certains noyaux existent déjà, ceux de l’éducation populaire notamment, nous les ferons fructifier. Et puis il y a ceux que nous souhaitons créer à travers les écoles de la fraternité.

Ces écoles, il faut les inventer ; les mettre concrètement sur pied. Vous nous y aiderez.

La fraternité, ce n’est pas une naïveté, c’est une valeur éminemment républicaine. Elle nous fait, par la solidarité et par l’impôt, porter assistance aux plus démunis. Mais ce n’est pas tout. Elle nous interroge.

Les fraternités que nous portons ne sont ni religieuses, ni communautaires. Elles sont nos élans intérieurs, ceux qui nous commandent de ne pas exclure, de décliner avec raison et rigueur notre rapport à l’autre dans une règle commune:  la loi de la république, librement acceptée.