Port du foulard : Un restaurant à robots au Bangladesh alimente la controverse

Un restaurant de Dacca, la capitale du Bangladesh, a récemment fait la une des journaux du fait qu’il emploie des robots comme serveurs. Maintenant, il fait l’actualité pour une autre raison : un des robots arbore une écharpe.  Nombreux sont ceux qui se sont interrogés sur les motivations des propriétaires du restaurant à vouloir faire porter une écharpe au robot “femme”, suscitant un débat sur les limites du conservatisme dans les pays d’Asie du Sud.

Une histoire dénichée par le réseau Global Voices, ONG de traducteurs interprètes qui scrutent les réseaux sociaux à travers le monde

Robots sexistes

Dans une video, le journaliste citoyen Nazmul Shahadat a expliqué les fonctions du robot serveur. Remarquez que le robot avec des seins ne porte pas d’écharpe dans le clip produit sitôt après l’ouverture du café.

Selon l’article, il y a deux robots apportant la nourriture aux clients. L’un est un robot masculin et l’autre un robot féminin. Chaque robot pèse environ 30 kg et mesure 1,6 mètres de haut. Chaque robot coûte l’équivalent de 9.750 dollars (8.300 euros) et peut fonctionner sur piles durant environ 18 heures.

Mais les médias sociaux bangladais n’étaient pas d’humeur à saluer les progrès technologiques, mettant plutôt l’accent sur le fait que le robot féminin a été vu portant une”orna” ou écharpe, portée au Bangladesh par les filles musulmanes pieuses après la puberté.

L’”orna” est un élément du purdah, une pratique religieuse et sociale d’exclusion des femmes qui prévaut dans certaines communautés musulmanes et hindoues d’Asie du Sud. Elle a des fins de ségrégation, identification du sexe féminin, et respect de l’exigence imposée aux femmes de couvrir leurs corps pour en dissimuler les formes.

Ishrat Karin Eve écrit sur Facebook :

Incroyable! Où est-ce que nous vivons? Il n’y a aucun respect pour les femmes. Ils ont même mis une écharpe sur un robot.

C’est l’acte honteux d’une société patriarcale.

Cette année, une révision des manuels scolaires du primaire au Bangladesh  a suscité la controverse car l”orna” a servi d’exemple pour illustrer la lettre Bengali “o” (“ol,” ou légume,était l’exemple précédent).

Une chronique du New York Times décrit cette évolution comme une illustration de l’islamisme rampant dans ce pays d’Asie du Sud.

Les représentants du restaurant ont confirmé aux médias locaux que le foulard a été mis en place pour distinguer le robot féminin.

Mayesha Arefin s’insurge sur Facebook

Dans notre société, même les robots féminins doivent porter l”orna”! Ce qu’ils disent est que le robot est une machine intelligente, mais il a changé de sexe après avoir porté une écharpe. Cela signfie t-il que le foulard est le principal moyen d’identification des femmes ?