L’islam et l’égalité hommes-femmes

L’islam est-elle une religion misogyne ? C’est une question qui revient sans cesse, que ce soit dans les discussions au sujet du voile ou à propos de la polémique du burkini. Pourtant, le Coran encourage explicitement l’égalité et le droit des femmes.

L’égalité hommes – femmes est inscrite dans le Coran 

Au 7e siècle, l’Islam a fondé une égalité spirituelle entre les hommes et les femmes, comme le montre ce verset :

« Les musulmans et musulmanes, croyants et croyantes, obéissants et obéissantes, loyaux et loyales, endurants et endurantes, craignants et craignantes, donneurs et donneuses d’aumône, jeûnants et jeûnantes, gardiens de leur chasteté et gardiennes, invocateurs souvent d’Allah et invocatrices: Allah a préparé pour eux un pardon et une énorme récompense. »

 

إِنَّ الْمُسْلِمِينَ وَالْمُسْلِمَاتِ وَالْمُؤْمِنِينَ وَالْمُؤْمِنَاتِ وَالْقَانِتِينَ وَالْقَانِتَاتِ وَالصَّادِقِينَ وَالصَّادِقَاتِ وَالصَّابِرِينَ وَالصَّابِرَاتِ وَالْخَاشِعِينَ وَالْخَاشِعَاتِ وَالْمُتَصَدِّقِينَ وَالْمُتَصَدِّقَاتِ وَالصَّائِمِينَ وَالصَّائِمَاتِ وَالْحَافِظِينَ فُرُوجَهُمْ وَالْحَافِظَاتِ وَالذَّاكِرِينَ اللَّهَ كَثِيرًا وَالذَّاكِرَاتِ أَعَدَّ اللَّهُ لَهُمْ مَغْفِرَةً وَأَجْرًا عَظِيمًا

 

Sourate 33, Al-Ahzab (Les Coalisés), verset 35

De plus, le récit de la création du monde ne fait pas de différence entre les deux sexes : hommes et femmes proviennent tous les deux de la même essence. Contrairement au récit de la genèse dans l’Ancien Testament, dans lequel Eve a été créée à partir d’une côte d’Adam, donc tirée de l’homme… Point de départ de une culture sur l’infériorité des femmes.

En son temps, l’islam a donné de nouveaux droits aux femmes

Les femmes d’Arabie au 7e siècle n’avaient presque aucun droit. Une fois mariées, elles étaient considérées comme des biens par leurs époux. Le Coran a contribué à changer cette situation : il contient plusieurs versets qui accordent aux femmes des droits exceptionnels à l’époque.

  • Le droit au divorce :

« Au cas où une femme constate de la part de son mari une attitude hostile ou un certain refroidissement, il n’y a aucun inconvénient à ce que les deux époux s’ingénient à trouver une formule qui leur permette de se réconcilier »

 

وَإِنِ امْرَأَةٌ خَافَتْ مِنْ بَعْلِهَا نُشُوزًا أَوْ إِعْرَاضًا فَلَا جُنَاحَ عَلَيْهِمَا أَنْ يُصْلِحَا بَيْنَهُمَا صُلْحًا ۚ وَالصُّلْحُ خَيْرٌ ۗ وَأُحْضِرَتِ الْأَنْفُسُ الشُّحَّ ۚ وَإِنْ تُحْسِنُوا وَتَتَّقُوا فَإِنَّ اللَّهَ كَانَ بِمَا تَعْمَلُونَ خَبِيرًا

 

Sourate 4 An-Nissa (Les femmes), verset 128

Le Coran rend obligatoire le consentement de l’épouse pour divorcer, mais il va plus loin. En effet, les femmes sont autorisées à demander elles-mêmes le divorce et peuvent l’obtenir sans le consentement du mari ! De plus, tout est fait pour les protéger pendant et après que la séparation :  le Coran commande aux hommes de s’assurer du bien-être moral et financier de leurs ex-épouses :

« Les femmes divorcées ont droit à la jouissance d’une allocation convenable, c’est un devoir pour les pieux. »