L’incroyable défi de Kubra Khademi, leçon de courage pour les femmes

Kubra Khademi a fendu sous les insultes une foule exclusivement masculine à Kaboul, vêtue d’une armure montrant ses formes. La vidéo et devenue virale et et la performeuse a dû quitter l’Afghanistan. Une leçon de courage qu’elle transmet aux femmes à Rennes.

Article signé Fabienne Richard publié par Ouest-France le 24 05 2018

Quelle femme ! Quand Kubra Khademi, invitée par l’association Danse à tous les étages, a retracé son parcours devant un petit groupe de femmes réfugiées, habitantes de ce foyer de demandeur d’asile Coallia, à Rennes, hier matin, elles en sont restées bouche bée.

Cette jeune femme afghane, aux cheveux teints en roux, au français encore hésitant, a su par sa seule volonté forcer la main au destin. Elle est aujourd’hui une artiste performeuse, basée à Paris. Une femme libre.

Kubra Khademi , hier devant le foyer pour demandeurs d’asile de Rennes où elle mène un atelier avec les femmes réfugiées. | Fabienne Richard.

Kubra Khademi n’avait pourtant au départ pas les meilleures cartes en main. Elle est née il y a 29 ans, dans une famille traditionnelle afghane, père ouvrier, mère au foyer. « Ma mère s’est mariée à 12 ans. Elle me disait toujours : soit prête pour mener la dure vie des femmes. Il ne faut jamais pleurer, toujours subir. Elle était victime et en même temps il y avait quelque chose de très fort en elle. Je ne comprenais pas pourquoi elle ne quittait pas mon père. »

Ses soeurs se marient, l’une à 14 ans, l’autre à 15 ans. Vient le tour de Kubra. « Mais je ne voulais pas me marier. J’ai arrêté de manger pendant plusieurs jours. Cela a été le combat le plus difficile de ma vie. Je me disais : si j’arrive à ne pas me marier, ce sera le paradis ! »

Continuer ses études

Il y aura d’autres batailles. La famille a fui la guerre en Afghanistan pour se réfugier au Pakistan. Kubra n’a que 13 ans quand son père décède et la famille n’est pas riche. Elle réussit à réaliser des travaux de couture et à mettre l’argent de côté en cachette pour continuer les études au lycée, décroche une bourse pour intégrer à l’université de Kaboul en Afghanistan.

Puis, ce sera l’institut des Beaux-Arts au Pakistan, à nouveau dirigé par une femme, qui se révélera une alliée précieuse par la suite.

Une vidéo virale

Kubra est une artiste qui se bat pour la liberté, à commencer par la liberté d’aller et venir. « J’ai décidé de me fabriquer une armure qui à la fois protège ma féminité et la met en avant. »