Les dates clés de l’abolition de l’esclavage

Après avoir fouillé de multiples archives, l’historien américain Marcus Rediker nous entraîne sur le pont et dans les cales sordides des bateaux négriers. Un voyage clinique dans le quotidien, la violence et l’économie de la traite transatlantique. Cet ouvrage est passionnant et se lit comme un roman. « A bord du négrier, une histoire atlantique de la traite » (éditions du Seuil, 2013) est un livre indispensable si l’on veut comprendre les mécanismes de la traite transatlantique dans toute sa complexité, et sortir des schémas préétablis. De plus, il regorge d’incroyables histoires et de témoignages d’époque. L’auteur nous emmène à bord du navire, on est littéralement « embedded » (embarqué) comme l’on dirait aujourd’hui.A l’origine de la mondialisation et du capitalisme moderne, la traite transatlantique fut un gigantesque et terrifiant écheveau de compétences entremêlant plusieurs peuples. Africains, Européens, Américains du Sud et du Nord, se retrouvent au centre d’un commerce industriel et mondialisé. Il implique des investisseurs, des banquiers, des commis, des assureurs, des agents des douanes, des législateurs, des membres des chambres de commerce, des fabricants de tissus, d’armes, de bateaux, des dockers, des marins, des équipages de vaisseaux, etc… C’est un vivier d’emplois et de métiers transcontinentaux, qui préfigure le capitalisme sans frontières tel qu’on le connaît aujourd’hui. Suite de l’article par là.

Image d’archives du pont d’un bateau négrier, où des esclaves sont fouettés devant l’équipage (Musée d’Aquitaine, Bordeaux) © MCOHEN/AFP

#A la découverte des ports négriers de l’Hexagone [carte interactive]

En France hexagonale, ils sont une douzaine. Douze ports de la façade Atlantique et de la Méditerranée dont l’histoire est étroitement liée à l’esclavage. Points de départ du commerce triangulaire, c’est de là que partaient les expéditions négrières françaises entre le XIIe et le XIXe siècle. En cliquant sur notre carte interactive ci-dessous, découvrez quelques chiffres clés sur les ports du Havre, de Lorient, de Saint-Malo et de Marseille. Quant à Nantes, La Rochelle et Bordeaux, les trois principaux ports négriers, nous vous invitons à lire les reportages de la rédaction. En 2015, les envoyées spéciales de La1ere, Cécile Baquey, Laura Philippon et Léia Santacroce sont parties à la recherche des vestiges, encore visibles, de l’époque de l’esclavage dans ces villes.

► Partez sur les traces du passé négrier à Nantes ;
► Visitez le Bordeaux négrier ;
► Découvrez les vestiges de la traite négrière à La Rochelle.

#Réparations : le point de vue des historiens Marcel Dorigny, Tidiane N’Diaye, Jean-François Niort et Françoise Vergès

Ces dernières années, la problématique des réparations pour la traite transatlantique et l’esclavage a refait surface avec vigueur. Plusieurs assignations ont été notamment lancées devant les tribunaux par des associations, au nom des descendants d’esclaves, dans l’Hexagone et aux Antilles, pour demander réparations à l’Etat français pour les préjudices ayant découlé de la traite et de l’esclavage. La1ere a contacté plusieurs historiens pour connaître leur sentiment sur la question des réparations, et des formes qu’elles pourraient éventuellement prendre.