La fraternité impose de voter Emmanuel Macron : entretien avec Pierre Henry, président de France Fraternités

France Fraternités a été lancée à la fin de l’année dernière, dans quel contexte s’inscrit la création de cette association ?
Dans un contexte européen assez dégradé sur le plan sécuritaire où la menace terroriste est présente dans toutes les têtes et où les populismes progressent de manière exponentielle, il me semblait indispensable de promouvoir un outil de prévention contre les radicalisations et en faveur de l’éducation, valeurs cardinales de la République.

Marine Le Pen a fait 21,4% au 1er tour, elle est donc présente au deuxième tour. Les notions de liberté, d’égalité et de fraternité pour lesquelles vous vous battez ne sont-elles pas en danger aujourd’hui ?
Le programme, les attitudes, l’histoire du Front National et de sa candidate sont parfaitement incompatibles avec la trilogie républicaine. Le FN est l’un des principaux propagandistes des thèses révisionnistes et complotistes en France. Il utilise les réseaux sociaux pour promouvoir  des nouvelles conspirationnistes, à l’image de Donald Trump, qu’il ne faut absolument pas banaliser. Il n’y a pas de plus grande urgence que d’en limiter la progression. Cela se fait avec de la lucidité, du courage et surtout de la pédagogie.  Voilà pourquoi, en tant que président de France Fraternités, j’appelle la jeunesse de France à voter massivement pour Emmanuel Macron. Mais attention, cela ne réglera pas tout comme par miracle le 8 mai.

Nous devrons rester vigilants et rassemblés et ne laisser aucun espace aux propagandistes de haine et de division. La fraternité reste un idéal que nous devons tous contribuer à alimenter pour construire un nouveau pacte social.