Arwahi-tadjri : une foule de joggeuses court pour le droit des Algériennes à l’espace public

 

Des participantes étaient même accompagnées de leurs enfants, parfois des nouveaux-nés, qui ont pris part à cette course en courant, excités et amusés, ou … à bord de leurs poussettes.

“Nous étions obligées de réagir, de venir dénoncer l’agression subie par cette fille pendant son sport”, explique une femme, la trentaine, qui marchait à vive allure, poussant son nouveau-né dans sa poussette.

“C’était important pour moi de prendre part à cette course, revendiquer notre liberté à faire ce que nous souhaitons. Notre place est là où nous voulons et quand nous voulons t’être”, rajoute-t-elle, lisant le contenu de sa pancarte.

Les joggeuses arrivaient, à rythmes variés, à la ligne de départ trente minutes plus tard. Les premiers arrivés ont vite improvisé une haie d’honneur pour accueillir les joggeuses, les féliciter d’avoir participé à cette course dans une ambiance festive.

 

Arrivée des joggeuses et fin de la course aux Sablettes, à Alger, en solidarité avec Ryma, jeune joggeuse agressée pendant son jogging avant le F'tour

Publiée par HuffPost Algérie sur samedi 9 juin 2018

 

A Constantine aussi

Pour rappel, Ryma a été agressée physiquement et verbalement alors qu’elle faisait du jogging dans la forêt de Bouchaoui, lieu très fréquenté par les amateurs de sport. “Pourquoi tu cours? Ta place est dans la cuisine à cette heure-ci”, aurait hurlé l’agresseur en voyant la jeune fille.

Cette dernière a posté une vidéo pour dénoncer cet acte mais aussi pour se plaindre contre le traitement qui lui a été réservé par la gendarmerie lorsqu’elle a voulu porter plainte.

Une autre course en solidarité avec cette citoyenne a également été organisée au même moment à Constantine, à l’initiative d’une jeune joggeuse.

HUFFPOST ALGERIE