Arwahi-tadjri : une foule de joggeuses court pour le droit des Algériennes à l’espace public

Environ 500 personnes dont 300 femmes, selon les organisateurs, ont couru ce samedi 09 juin 2018 aux Sablettes, à Alger, sur une distance de 5 kilomètres en solidarité avec Ryma, une jeune fille “agressée vulgairement”, selon ses termes, il y a quelques jours alors qu’elle faisait son jogging peu avant l’heure du F’tour.

publié sur le site huffpost magrheb le 9 09 2018

Les participants à ce jogging, des femmes, jeunes et moins jeunes, pour la plupart, se sont rassemblés peu avant 18H devant la Grande roue de la Promenade des Sablettes.

Elles ont favorablement répondu à l’appel “Arwahi Tejdri” (اروَاحي تجري) des organisateurs de ce jogging, pour affirmer, munies de pancartes, leur droit à exercer une activité sportive en plein air mais surtout, leur droit d’occuper, librement, l’espace public sans craindre de se faire harceler ou agresser, ni verbalement ni physiquement.

Les joggeuses, en première ligne, ont ainsi démarré à l’unisson vers 18H10 pour atteindre, 2.5 kilomètres plus tard, l’extrémité de la Promenade des Sablettes et revenir à la ligne de départ.

 

Début du jogging aux Sablettes, à Alger,en solidarité avec Ryma, la jeune fille agressée, il y a quelques jours alors qu’elle faisait du jogging peu avant l’heure du F’tour.

Publiée par HuffPost Algérie sur samedi 9 juin 2018

 

Tandis que les jeunes et habituées joggeuses couraient à un rythme soutenu, d’autres, venues spécialement exprimer leur solidarité avec Ryma et dénoncer les agissements de son agresseur, maintenaient un rythme lent.

Elles couraient, tantôt avec des pancartes, tantôt accompagnées de leurs enfants ou leurs petits-enfants. “Nous essayons de tout faire pour que la voix des femmes soit respectée. Avant elles étaient plus respectée, pas maintenant avec cette nouvelle génération”, explique une dame, la cinquantaine, une pancarte à la main, sur laquelle était écrit “Laisse-la tranquille”.

 

HUFFPOST ALGERIE

 “Moi je suis une grand mère. Je suis venue soutenir me filles et mes petites filles. Nous vivons en Algérie et nous ne voulons pas quitter notre pays pour vivre librement, nous voulons le faire ici”, martèle-t-elle, au HuffPost Algérie.

Le nombre de participants ne cessait de croître puisque d’autres joggeuses se joignaient au fur et à mesure à cette course de solidarité. Des citoyennes, militantes comme Amira Bouraoui ou Hassina Oussedik, actrices et YouTubeuses ont également pris part à cette initiative.

Certaines, visiblement habituées, tentaient de rattraper rapidement la première ligne tandis que d’autres, de tout âge, en groupe ou seules, préféraient avancer lentement pour faire passer leurs messages, levant les poings en l’air et brandissant leurs pancartes devant les caméras qui immortalisaient le moment.